22 janvier 2019 : 56ème anniversaire du Traité de l’Elysée et de l’amitié franco-allemande et signature du Traité d’Aix-la-Chapelle

Le 22 janvier 1963, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer signaient un traité de coopération destiné à sceller la réconciliation entre la France et la République Fédérale d’Allemagne. Le Traité de l’Élysée fixait les objectifs d’une coopération accrue entre l’Allemagne et la France dans les domaines des relations internationales, de la défense et de l’éducation.

Le traité de l’Elysée est le fruit du rapprochement de deux hommes, le chancelier ouest-allemand Konrad Adenauer et le président Charles de Gaulle. Tous deux s’étaient opposés au régime nazi et souhaitaient désormais tendre la main à l’adversaire d’hier. Avec ce traité, les deux signataires ont décidé d’instaurer une nouvelle relation afin de sceller une amitié durable. Pour les signataires, il était important que le traité ne reste pas un document entre chefs d’Etat mais que les citoyens des deux pays soient impliqués afin d’apprendre à se connaître, à se parler et à s’apprécier. Une des réussites du traité est d’avoir suscité un fort rapprochement entre les deux peuples. Celle-ci s’est concrétisée par la signature de plus de 2 300 jumelages et un foisonnement d’initiatives de la société civile.

Dans un objectif de renforcement des liens entre les jeunes gens des 2 pays, le traité a rendu possible la création de l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ, ou Deutsch-Französisches Jugendwerk (DFJW) en allemand) qui a pour objectif de faciliter les échanges et l’apprentissage de la langue du voisin. Depuis 1963, l’OFAJ a permis à près de 9 millions de jeunes Allemands et Français de participer à 320 000 programmes d’échanges.

Sur le plan politique, le traité prévoit des rencontres au moins deux fois par an entre les deux chefs de l’Etat et de gouvernement et trois fois par an pour les ministres des Affaires étrangères. Des rencontres sont également prévues en matière de défense, d’éducation et de jeunesse. Depuis la signature du traité, les dirigeants des deux pays se sont toujours rencontrés régulièrement et ont poursuivi leurs échanges, quels que soient les aléas de la vie politique des deux côtés du Rhin.
Dans cet esprit, le ministre de l’Europe et des affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, travaille en liaison étroite avec son homologue allemand, M. Sigmar Gabriel, sur tous les grands dossiers de politique étrangère et le renforcement de la coopération bilatérale.

Le président de la République avait annoncé le 26 septembre 2018 à la Sorbonne son souhait de réviser le traité de l’Élysée afin de renforcer la coopération entre nos deux pays. En réponse à cette proposition, les présidents de l’Assemblée nationale et du Bundestag ont décidé d’adopter à l’Assemblée et au Bundestag, dans les mêmes termes, une résolution commune appelant à un nouveau Traité de l’Élysée, le traité d’Aix-la-Chapelle, signé ce 22 janvier 2019.

La co-localisation d’ambassades relèvent de ces actions de de coopération renforcée. Les ambassades de France, et d’Allemagne au Brunnei Darussalam ont été les premières, en janvier 2015, à partager leurs locaux et à mutualiser leurs moyens. D’autres projets ont vu le jour, au Bengladesh, au Koweit, au Congo, au Brésil, etc. Le Soudan est en projet.

Dernière mise à jour le : 22 janvier 2019